Relais par équipes, une première expérience...

Notre journée RES, chasse aux pompes et relais par équipe a été une vraie réussite...
  • Quand 21/08/2017 de 21:00 à 22:00 (Europe/Brussels / UTC200)
  • Ou Terrain de Hamme-Mille
  • Participants Tous les "planeuristes" du club
  • Ajouter l'événement au calendrier iCal

Notre journée RES, relais par équipes et chasse aux pompes était initialement prévue pour y inviter tous les clubs de la zone EBBE (les clubs dont les terrains sont situés dans la CTR de Beauvechain). Il semble que le message de l'invitation ne soit pas bien passé et donc, à moins d'une semaine de la date prévue, nous n'avions reçu que trois intentions de participer, uniquement de la part de membres du club. On annonça donc la remise du concept "public" de l'événement pour se replier sur les seuls membres de Aiglons.

Par ailleurs, une réelle accumulation de soucis de nature personnelle avaient affecté tant Paulette que moi-même au cours de dernières semaines, ce qui nous avait un peu découragés. On décida donc de simplifier le concept en se limitant à la seule après-midi du dimanche 20 août, pour y tenir une partie de vol-à-voile décontracté, si possible sous un ciel clément...

Vers 14h, nous étions six planeuristes équipés de divers modèles de planeurs et motoplaneurs (Paulette, Daniel Lambert accompagné de son épouse, Daniel Robert, Denis Lebeau, David Douglas et moi-même. Parmi ceux-ci, trois vrais "RES". Peu après arriva Gérald VDK avec son "gros" motoplaneur rouge et enfin Robin Joseph avec son Introduction F5J. . Avec Nathalie qui nous avait rejoint, puis Olivier Beroudiaux, on était en bonne compagnie. Mais l'heure avançait. Tout compte fait, nous avions huit pilotes et leurs modèles. Paulette proposa d'adapter quelque peu le "règlement" en composant deux équipes de quatre pilotes, au lieu des équipes initialement prévues à trois.

Deux équipes constituées comme suit :

1. Les deux Daniel, Denis et Robin

2. Gérald, Paulette, David et moi

On s'est entendu : on monte soit au sandow (la spécialité de Paulette) soit au moteur avec temps moteur limité à 30 secondes et coupure à 90 mètres. On doit tenter de tenir 6 minutes et il faut au moins un modèle de chaque équipe en vol pendant une heure. Toute interruption est pénalisée d'un "départ virtuel" de plus. Le but est de terminer l'heure avec le moins de départs possibles. Nathalie et l'épouse de Daniel L. se sont portées "candidates toute désignées" au chronométrage. Chacune se munit de deux chronos pour pouvoir bien suivre.

À 15h25, tout est enfin prêt et on annonce le début des vols. À partir d'ici, je ne suis capable de rapporter que se qui se passe dans l'équipe 2 où la gestion du sandow se révèle immédiatement comme une tâche assez lourde... Rien de tel qu'un petit moteur, somme toute.

L'équipe 1. De g. à dr. Denis, Daniel Robert, Daniel Lambert et Robin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'équipe 2: de g. à dr. Robert avec le PicaRES, Paulette avec le RESolution, David avec l'AndREaS et Gérald avec son "gros rouge" (sic !).

Dans l'équipe 2, Gérald a été désigné premier partant mais il rencontre d'emblée quelques difficultés avec son "gros rouge" qui rejoint durement la planète après seulement 14 secondes... L'équipe perdra 27 secondes pour relancer le second pilote... Déjà un manque de préparation...! David a pris le relais et à partir de ce moment, les relais peuvent se poursuivre entre les trois "survivants", en attendant que Gérald sorte de sa voiture son "joker", un EasyStar tout récemment rééquipé avec sa nouvelle radio, une 2.4 GHz ! Si !. Et ce modèle n'a encore jamais volé... Mais on apprend vite et après un quart d'heure, on a bien compris que ce n'est pas un pilote, mais deux qui doivent être à tout moment prêts à prendre les relais. Les atterrissages hors du terrain sont aussi très pénalisants car ils impliquent l'absence d'un pilote pendant plusieurs minutes... De loin, nous assistons aux vols de l'équipe 1 où à chaque fois, les vols de Robin semblent impressionnants. Il faut dire qu'il est de loin le mieux équipé avec son grand Introduction qui pèse moins de 900 g. De mon côté, l’avertissement de la hauteur 90 m ne fonctionne pas comme prévu et je suis obligé de "demander" à la main (un interrupteur à retour sur l'émetteur) la hauteur courante de mon PicaRES pendant la montée, afin de ne pas dépasser la hauteur imposée... La qualité des montées s'en ressent.

La tension est palpable tout au long de l'heure et on se prend à en espérer que cela finisse bientôt. Vers 4h23, l'équipe 2 doit encore repartir. C'est David qui assume... À 4h25, on annonce la fin de l'épreuve mais L'AndREaS de David est dans du bon air et il en profite. Tant et si bien qu'à un moment, David s'aperçoit qu'il a laissé son modèle partir fort loin... Il a du mal à le contrôler et on voit le modèle descendre en catastrophe loin derrière le rang d'arbres à l'horizon. Aïe aïe aïe...

Vite une photo de l'avion avant sa mésaventure.

Nous partons, lui et moi, à deux voitures vers les lieux du drame. La trouée entre les deux bois où on a vu le planeur en dernier lieu est difficile à repérer sur place. On est dans un chemin creux aux pentes infranchissables. Plus loin heureusement un second chemin part sur la gauche. Je "sens" que c'est la bonne option. J'émerge au dessus des reliefs locaux pour repérer 200m plus loin un objet bleu en plein milieu d'un lopin de terre récemment moissonnée. C'est lui ! En m'approchant, je vois que les ailes ont l'air intactes, ainsi que les empennages. Seul le fuselage set brisé derrière l'aile. C'est réparable !

De retour au terrain, il est quand même déjà passé 5h et les copains ont commencé à remballer. Robin coache un peu Olivier qui fait de bons progrès avec son Arrow BMI.

Avec Nathalie, nous déterminons les pilotes les plus méritants, qui recevront un des trois prix prévus : Une boite de construction de l'Introduction F5J, une boite d'Isola, un motoplaneur BMI, et une bonne batterie LiPo 450 mAH, idéale pour un AndREaS.

L'équipe 1 a gagné la course avec 17 départs. L'équipe 2 a eu besoin de 20 départs et aussi 2 pénalités pour inactivité. L'incident de Gérald en fut un et plus tard, je dus repartir immédiatement après un atterrissage car personne n'était prêt à prendre le relais.

La boite de l'Introduction fut donnée à David pour le consoler de son crash. Gérald a reçu l'Isola BMI pour l'encourager à s'équiper d'un bon planeur pour chasser les thermiques. Et Robin a reçu la batterie pour son AndREaS dont la construction avance  bien; il a effectué la meilleure moyenne des durées, avec notamment deux vols à 6 minutes. Pas étonnant : Il y a 30 ans, Robin était champion de Belgique en F3B... Notons que David a lui aussi fait un "max" à 6 minutes et est second au classement des meilleurs vols.

  Pilote             Moyenne en sec.
Équipe 1 Daniel Lambert 2m50" 2m45" 2m38" 2m04"     154
Équipe 1 Daniel Robert 2m41" 3m50" 2m33" 5m46" 4m05"   227
Équipe 1 Denis Lebeau 4m05" 3m01" 2m45" 4m38"     217,2
Équipe 1 Robin Joseph 6m01" 6m00" 1m50" 3m36"     261,7
Équipe 2 Robert Herzog 4m38" 3m21" 3m09" 2m35" 5m20"   229,8
Équipe 2 Paulette Halleux 2m09" 2m27" 1m04" 3m06" 2m05"   130,2
Équipe 2 David Douglas 3m49" 3m47" 6m00" 3m35" 2m59" 5m09" 253,1
Équipe 2 Gérald Vandekerhove 14" 4m07" 1m06" 1m59"     111,5

L'après-midi fut très plaisante pour tous, même ceux qui s'en retournèrent chez eux avec des "petits méhins". On s'est promis de remettre ça à la première occasion. Nous comptons sur de nouveaux participants : Olivier Béroudiaux progresse bein dans son apprentissage au pilotage et Nathalie possède un magnifique Pulsar de 2.5 mètres auquel il ne manque que l'installation des servos... et un peu d'apprentissage au pilotage.

Robert